Les divers architectes

Boismen

 

BOISMEN Eugène

n. Nantes, 2 novembre 1828.

Nommé inspecteur des travaux de la cathédrale de Nantes par arrêté du 22 janvier 1859. Sur recommandation de l'évêque qui signalait au ministre que Boismen avait travaillé dix-huit ans avec Nau et qu'il connaissait à fond la question des travaux de la cathédrale et du séminaire et malgré l'avis d'un député qui écrivait que Boismen avait été nommé au conseil municipal « grâce à l'appui des ouvriers » - circonstance qui, en fait, fut particulièrement appréciée d'Hamille, directeur des cultes (note du 30 août 1865) -, il fut désigné architecte diocésain de Nantes le 19 septembre 1865. Il démissionna le 11 septembre 1884, au grand regret de l'administration centrale qui le nomma honoraire le 31 décembre de la même année. Son dossier individuel signale un certain nombre de ses réalisations : les églises de Saint-Clément à Nantes, Loroux-Bottereau, le Pouliguen, Trescaillou, Sorinières (toutes en Loire-Atlantique), la chapelle des sœurs de la Sagesse à Saint-Laurent-sur-Sèvre, la chapelle de Mesnard (Vendée) et la chapelle particulière de La Haye (Loire-Atlantique). Il signalait également divers projets dont certains, sinon tous, ont dû être réalisés, les églises de Saffré, Saint-Malo de Guersac, Grossac, Chauvé et la chapelle des Marais (Loire-Atlantique). Son successeur fut Sauvageot.

Il fut membre de la Société des architectes de Nantes et architecte du département de la Loire-Inférieure de 1883 à 1885.

On peut citer aussi l'église de St Etienne de Corcoué et celle de Paulx, il a travaillé aussi sur celle de St Philbert en collaboration avec l'architecte Neau .

site : http://elec.enc.sorbonne.fr/architectes/68

L'architecte Nau

 

 

NAU

d. 2 juillet 1865.

Seheult fut destitué officiellement le 2 octobre 1849 de ses fonctions d'architecte diocésain de Nantes. Mais, dès le mois de janvier de cette année, l'administration des cultes avait confié à Driollet, chargé par ailleurs des édifices diocésains de Vannes et de Luçon, la responsabilité de ceux de Nantes.

À la suite d'une protestation de l'évêque auprès du ministre (lettre du 11 septembre 1849) et à la demande de ce dernier, Nau fut désigné architecte diocésain de Nantes, le 30 octobre 1849. L'administration des cultes informa Driollet qu'il ne pouvait pas cumuler ces fonctions avec celles d'architecte de la ville. Au reste, Driollet perdit également laresponsabilité des travaux de Vannes et de Luçon (F19 4545).

Nau mourut le 2 juillet 1865, "à la suite d'une longue maladie", écrivit Labrouste dans son rapport d'août 1865 qui porte en note marginale de la main d'Hamille : « Il est mort en cinq minutes » (F19 7222).

Son successeur fut Boismen qui était alors inspecteur des travaux. Reynaud écrit à son sujet en 1853 (compte-rendu du personnel) :

M. Nau qui n'est architecte du diocèse que depuis un petit nombre d'années est un esprit sérieux qui étudie bien convenablement ses projets et qui me paraît traiter avec beaucoup de soin toutes les affaires dont il est chargé. Il a très habilement restauré l'église Saint-Jacques à Nantes, charmant petit édifice du XIIe siècle, son grand séminaire peut être cité comme un modèle, sauf, cependant, en ce qui est de l'économie dans les dépenses.

Peut-être, M. Nau laisse-t-il à désirer sous ce rapport ? J'ai cru remarquer en lui une tendance à ne pas se préoccuper bien sérieusement de la question finances et à traiter ses projets avec plus d'ampleur que ne le comporte l'état de nos ressources. Peut-être aussi la science du constructeur n'est-elle pas au niveau de celle de l'archéologue et du goût de l'artiste ?

Quoiqu'il en soit, il serait grandement à désirer que nous eussions dans tous nos diocèses des architectes résidents aussi capables que M. Nau.

J'ajouterai que la comptabilité de cet architecte est très régulièrement tenue.

site http://elec.enc.sorbonne.fr/architectes/387

voir aussi :http://www.chu-nantes.fr/theodore-nau-1805-1865--26260.kjsp

Ar chitecte Chenantais

 

architecte Chenantais : c'est l'architecte des églies de St Colomban et de St Jean de Corcoué.

 site à voir :http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph-Fleury_Chenantais

Architecte Ménard

 

site :http://wikipedia.orange.fr/wiki/Ren%C3%A9_M%C3%A9nard_(architecte)

 

Il a travaillé sur l'église de Legé avec l'architecte Libaudière .

Architecte Mathurin Fraboulet

 

Mathurin Fraboulet

architecte nantais de la fin du 19ème siècle (actif entre 1870 et 1905)

Il aconstruit l'église de St Lumine de Coutais .

Le Curé du moment : l'abbé Droneau

Architecte Emile Libaudière

 

 

C'est un des architectes de l'église de Legé : les lignes ci-dessous expliquent bien la présence de nombreuses céramiques dans cette église.

Voici ce qu'en dit l'auteur du site :http://artnouveaujugendstil.blogspot.fr/2012/05/brasseries-et-cafes-ix-la-cigale-nantes.html

La Cigale a été inaugurée le 1er avril 1895. C'est l'architecte céramiste nantais Emile Libaudière (1853-1923) qui a dirigé les travaux. Il était localement assez connu pour ses villas commandées par la riche bourgeoisie nantaise. La majorité de ses œuvres a été détruite par les bombardements de la seconde guerre mondiale et par la pression immobilière. Il semble qu'il usait d'un style éclectique très sage et que La Cigale fut une exception dans son œuvre.

 

 

 

 

P1010071 1

Autel de la Vierge

l'hymne Ave Maris Stella en mosaïque

  

P1010076

 

La Chaire :

Le dos et le ciel sont recouverts de mosaïques

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site